Retour à la page
d'accueil jeunes mères

Pages personnelles
des mamans

Enfants 0-5 ans

Ce qu'elles en pensent

Ressources et programmes gouvernementaux

Ressources communautaires

Pour nous écrire

 

 

TÉMOIGNAGES

Cette page contient des témoignages de différentes jeunes mères qui fréquenquent les groupes du BCJ. Des thèmes comme les peurs, les problèmes et solutions, les joie, la société envers les jeunes mères, les trucs et la contraception sont abordés.

Si tu désires apporter ton propre témoignage et que tu veux qu'il soit sur ce site, fais nous le savoir en nous envoyant un courriel!!!

 

Les trucs

Durant ma grossesse, j'ai eu beaucoup de brûlements d'estomac, surtout la nuit. Ce que je faisais: je buvais un petit verre de lait chaud et tout passait.

Après mon accouchement, quand j'ai voulu arrêté d'allaiter, j'ai fais une grosse montée de lait. Un petit truc à nous donner est : faire bouillir des feuilles de choux et laissé refroidir. Ensuite poser les sur vos seins et les feuilles vont absorber le lait. Faites cela jusqu'à diminution de la douleur. Ceci paraît peut-être bizarre, mais ça marche!
Véronique


Société envers les jeunes mères

Les chauffeurs d'autobus me regardent bizarrement quand je monte dans l'autobus avec ma poussette. Et la plupart du temps, les chauffeurs me disent de me rendre à l'arrière de l'autobus pour ne pas empêcher les passagers de passer, mais ma pousette ne prend même pas de place. Je trouve ça injuste parce qu'il y a des femmes qui prennent toute la place avec leurs énormes poussettes et qui restent en avant au lieu d'aller vers l'arrière.
Marie-Louise


La grossesse / l'accouchement

Je suis arrivée à l'hôpital Ste-Justine le 9 mars 2000 à 7h30 du matin.
10h30, on m'a administré un produit qui provoque les contractions
qui, elles, ont commencé à 11h30. À 13h45, j'ai reçu une épidurale
qui n'a pas vraiment été efficace. J'ai donc été obligé d'en recevoir
une autre. Àprès l'épidurale, ça a été très vite. À 15h, Ricardo était né.
Mafalda


La contraception

J'aurais bientôt 22 ans, mais je ne suis pas prête à avoir d'autres enfants, celui que j'ai me comble de bonheur et occupe mes jours et nuits je prendrais donc les précautions nécessaires pour ne pas tomber enceinte une 2e fois. Une méthode très efficace reste le condom de la part de l'homme et la pillule contraceptive de la part de la femme. Il existe d'autres méthodes comme le Dépo-provera qui est une injection donnée aux trois mois, quatre fois par année, sinon il existe des stérilets ou encore un moyen à 100 % sûr mais pas très plaisant qui est l'abstinance.
Anonyme


Les peurs

Ma grossesse était voulue, mais en même temps une surprise.
Quand je suis tombée enceinte, j'étais dans mon pays d'origine qui
est le Venezuela. Mon chum et moi nous étions séparés. Mais quand
je lui ai appris la nouvelle, il était très content. Mais sa famille et la
mienne nous ont tourné le dos. Alors, je suis revenue au Canada
puisque ma mère était ici et le Canada est un meilleur pays pour
une famille. Mais, le père du bébé est encore aux Venezuela il est
en attente d'un permis d'immigration pour venir au Canada. À cette
date, je ne sais pas s'il va venir ou non. J'espère juste qu'il viendra
pour qu'on soit une belle famille.
Daisy


Quand j'ai appris que j'étais enceinte, je capotais. Je ne savais
plus quoi faire. Je suis allée chez mon amie. Quand je suis arrivée là-bas,
je ne me souvenais même plus pourquoi je paniquais. 10 minutes plus tard,
je pleurais parce que je ne savais pas quoi faire. Finalement, je ne regrette pas
d'avoir gardé ce petit bout de chou. Je l'aime au bout.
Jessica

Les joies

Allo, les jeunes mamans. Je me prénomme Joanne et j'ai un fils.
C'est la prunelle de mes yeux. Lorsque j'ai appris que j'étais enceinte,
je ne l'ai pas tout de suite réalisé. Cela ne m'est jamais venue à
l'idée
de me faire avorter, car j'ai toujours voulu avoir un petit brin d'amour à moi.
Ma grossesse s'est bien déroulée. Chaque fois que je touchais ma bedaine
et que je le sentais bouger, mon coeur faisait un gros bond. C'était tout un
phénomène de voir mon ventre bouger ou rebondir. Lorsque j'ai sentie ma
première contraction, c'est là que j'ai su (façon de parler) que j'allais être
maman pour de bon. Quand je l'ai vu pour la première fois (Oh, je suis certaine
que vous savez ce que j'ai pu ressentir), je n'en revenais pas. Il a la face d'un
ange envoyé du ciel. Il est ma joie de vivre et toute ma vie. Je suis contente
d'être sa mère. Les filles, parfois la vie de jeune mère n'est pas toujours rose,
mais il suffit que d'un regard vers votre enfant et vous verrez que
le soleil reviendra. Croyez-moi.
Joanne

 

Je voudrais vous parler de mon bébé. Il est né le 7 mars 2001 et il s'appelle Angel Lorenzo. La première fois que je l'ai vu, j'étais la fille la plus heureuse de cette planète. Maintenant qu'il a seulement 2 mois et demi, je ne verrais pas ma vie sans lui. C'est ma vie, la raison pourquoi je respire... pour tout dire, mon soleil!
Georgina


Être maman...

Avoir un enfant c'est extraordinaire. C'est dur d'avoir un enfant 24h/24,
7 jours par semaine. C'est beaucoup de responsabilités. C'est dur car
quand ils sont petits, il faut se lever la nuit. Mais on les aime énormément.
On voit son propre enfant grandir, on veut tout pour notre enfant, qu'il soit bien,
il faut qu'il mange bien. J'ai une fille de 2 1/2 ans et je l'aime beaucoup.
Je m'occupe d'elle. Je lui donne de la tendresse, son bain, on va au parc
et je m'amuse avec ma fille.

J'aime le B.C.J. parce que ça va m'amener sur le bon chemin. ça va me
donner du courage et de nouvelles amies et de la confiance en moi-même.
Catherine


Témoignage de joies ou de peurs? Je n'arrive pas à me décider et les deux ont leur place pendant la grossesse, puis après. Quand, pour la première fois, tu tiens ton bébé contre toi, que tu le regardes... Il y a deux minutes, il était dans toi et là, il est en dehors. Il pleure et on le dépose dans tes bras, c'est magique! Puis après, le retour à la maison avec ce petit qu'on ne connait presque pas. ça fait peur, mais qu'est-ce qu'on a fait? C'est beaucoup trop! Mais qu'est-ce qu'on a fait? De la peur, du bonheur, au fil des jours, on s'adapte, le temps passe, eux grandissent et nous aussi.
Anonyme


La première fois que j'ai pris ma fille dans mes bras, je n'arrivais pas
à comprendre ce qui m'arrivait. Je ne ressentais aucun sentiment pour ce petit
être minuscule et si fragile. Un petit être que j'avais pourtant porté dans le
creux de mon ventre, mais que je n'avais pas l'impression de connaître.
Ma fille était comme un intru débarqué de nul-part. Je crois que quelqu'un
aurait pu prendre mon enfant et tout aurait été parfait ainsi. Cependant,
avec le temps, j'ai appris à laisser venir et à m'ouvrir à mon bébé.
Aujourd'hui, le seul fait de la regarder dormir me comble de joie.
Mon enfant est une partie de moi que je découvre et que
j'apprends à connaître et à aimer au jour le jour.
Anny


Je me présente, mon nom est Cynthia. Je suis une jeune mère de 18 ans. Il y adeux mois déjà, j'ai mis au monde une belle petite fille en santé. Tant que tu n'as pas vécue un accouchement, tu ne peux pas prévoir le déroulement. Quand mes contractions ont commencé le mal me faisait un peu peur. Pendant que la journée avançait les contractions augmentaient, mais j'avais appris à les apprivoiser. À mon arrivé à l'hôpital mon ouverture n'était qu'a 3 cm. . Une journée c'était écoulée, à mesure que le temps avançait l'ouverture n'ouvrait que peu, alors le médecin décida de me provoquer. C'est à ce moment là que la douleur devena insupportable. Je ne voulais pas du tout avoir une épidurale. Je n'avais plus le courage de continuer sans cet anesthésique, la fatigue et le mal avait remporté. Absolument rien à ce moment ne me passa par la tête à part arrêter de souffrir. Quand la vie sort de toi tout le mal s'oublie. Tu regardes si elle à tous ses membres et tu n'en crois pas tes yeux. Mon copain était très nerveux et heureux à la fois. Pendant les deux jour passés à l'hôpital je contemplais ma fille pendant des heures. Son père le soir venu ne voulait plus nous quitter. Mais, de toute manière faut vivre l'expérience pour savoir comment nous allons le vivre et ensuite nous allons apprendre le reste avec notre enfant. Bonne chance aux prochaines mères.
Cynthia

 

Bonjour, moi, je suis mère de deux belles filles.J'ai 21 ans. Ma plus jeune a 3 ans et ma plus vieille
5 ans. Je me considère chanceuse, mes deux enfants sont du même père, et je suis toujours avec lui. Je ne dis pas que la vie est toujours rose, mais je suis très heureuse. J'ai un bon travail et mon chum aussi. Avoir un enfant, c'est la plus belle
chose qui peut arriver, sauf qu'il est important de se garder du tempspour nous,
de faire des activités, de voir des gens. Et même, je me trouve chanceuse d'avoir eu mes enfants jeune. Je suis plus restrainte dans mes activités, mais moi, a 35 ans, mes filles seront presques
majeures... Personellement, je trouve ça mieux que d'être pris avec une crise d'ado quand j'aurai 45 ans. Je sais que ce n'est pas toujours facile d'élever des enfants, mais, un petit truc: ne lâchez pas! Même si c'est pas toujours évident, il y toujours quelqu'un prêt à nous aider.
Josianne K.

Pour nous envoyer ton témoignage